Il y a un an environ, rappelez-vous, j'allais boulotter des croissants chez Marisol.

 

Avec des collègues, on avait émis quelques idées qui nous paraissaient intéressantes. On a fait « le buzz » comme on dit quand on est branché 2.0. Et Marisol nous avait invités pour en parler.

Ça n'a pas plu à tout le monde, certains nous reprochant je-ne-sais-pas-quoi, d'être anonyme, de ne pas être légitime, de faire ça pour se faire mousser (tout en restant anonyme quand même cherchez la logique). Bon certains râlaient sur le fond des propositions, ça au moins c'est constructif; et d'autres, comme d'habitude, râlaient pour râler.

 

Quel bilan 1 an après ?

Alors déjà les croissants étaient super bon. Je le sais pour en avoir ingurgité environ la moitié. Mais bon, j'avais l'indémodable excuse d'une Squatteuse intra-utérine (ce qui n'était pas le cas de Foulard qui a mangé l'autre moitié).

Alors oui, nous avons répondu à son invitation. Bien sûr je comprends l'énervement de ceux qui n'ont pas été reçus à l'époque. Bien sûr que c'était une bonne opération communication pour la ministre-qui-invite-des-vrais-gens-du-terrain.

Mais en même temps, quand tu as des idées et que la ministre t'invite pour en discuter, ben tu vas jusqu'au bout.

Et c'était sympa cette rencontre. Vraiment. On a pu dire ce qu'on avait sur le coeur, ce qu'on avait dans la tête, sans langue de bois (enfin de notre part). On a pu demander "mais si elles vous paraissent si bien que ça nos idées, pourquoi est-ce que depuis le temps ça n'a pas été fait ? Ça nous paraît si évident à nous...." et la voir bafouiller après.

Avec surprise, nous avons eu l'impression d'être écoutés. Pas spécialement entendus ou compris, mais écoutés déjà. On n'en espérait pas plus.

 

BEN ON A BIEN FAIT HEIN.

 

Alors qu'on lui parlait de problèmes de formation, d'hospitalo-centrisme, de l'absence totale de formation et de préparation au libéral, de la nécessité de diversifier les modes de rémunération afin de ne plus dépendre d'une tarification à l'acte qui valorise peu le travail du médecin traitant, de la difficultés pour nos conjoint(e)s de trouver un travail compatible avec une installation en zone reculée...


... Marisol avait déjà sa petite idée en tête. Qui n'avait évidement aucun rapport avec tout ce dont nous parlions. Elle nous en avait déjà parlé un peu, il y a 1 an.

Les fameux contrats de Praticiens Territoriaux en Médecine Générale. C'est à dire garantir des sous. Comme ça le gouvernement a l'air de faire quelque chose, ça leur coûtera pas grand chose et quand ça marchera pas, on pourra de nouveau dire que c'est la faute de ces ingrats de jeunes qui pensent pas aux vieux de la campagne alors que c'est pas faute de leur avoir dérouler le tapis rouge. Opération tout bénéf. Pour le gouvernement j'entends.

 

des_sous

Extrait d'une super note de Gélule... il y a 2 ans 1/2. Visiblement, ils n'ont toujours pas compris.

 

Donc des sous. Genre en s'installant dans un coin où il n'y a pas de toubib, on aurait peur de pas avoir assez de travail quoi. Logique.

Il ne me semble pas que la principale crainte des médecins qui ne succèdent pas au DrDévoué, le vrai médecin de campagne qui bosse 13h par jour et ne prend pas de vacances, soit de manquer de travail et donc d'argent.

 

Regardons d'un peu plus près ces fameux contrats.

Le but : "favoriser l'installation des jeunes médecins spécialisés en médecine générale dans des territoires définis par l'agence régionale de santé et caractérisés par une offre médicale insuffisante ou des difficultés dans l'accès aux soins en contrepartie du versement d'une rémunération complémentaire aux revenus de ses activités libérales de soins exercées en qualité de praticien territorial de médecine générale."

"Le PTMG s'engage à exercer une activité libérale correspondant à un minimum de 165 consultations de médecine générale au tarif opposable/mois (165 actes/mois à 23 € sur douze mois), soit à un montant minimum d'honoraires égal à 3 795 € bruts par mois"

Bon ok. Ça n'engage à pas grand chose, garantir un revenu dans un territoire ayant une offre médicale insuffisante. Normalement, faire 8 consultations par jour dans un désert médical, c'est faisable. Ou alors c'est que c'est pas un désert médical. Hum.

Ensuite on "verse au médecin une rémunération complémentaire aux honoraires perçus d'un montant tel que le revenu global soit égal à un revenu brut mensuel maximum de 6 900 €."

Ce qui correspond en gros à 15 consultations par jour. Faudrait vraiment vraiment freiner son activité pour ne pas arriver à 15 consultations par jour dans une zone dite de pénurie en offre de soins. Donc vraiment, on ne se mouille pas trop au gouvernement.


Surtout qu' à la fin, que voit-on ?

Lorsque l'activité de praticien territorial de médecine générale est égale ou inférieure à 8 demi-journées par semaine, les montants correspondant au plafond et au seuil minimal d'activité sont divisés par deux pour le calcul du complément de rémunération.

 

 

Allez zou. Histoire de pas prendre de risques, si tu prends un jour de repos dans la semaine (comme quand même beaucoup de médecins) on ne te garantie plus que la moitié de ce qui était promis.

Tu bosses lundi, mardi, jeudi, vendredi et le mercredi matin, on te garantie 6900 € brut par mois.

Tu charges les lundi, mardi, jeudi et vendredi ET tu souhaites avoir ton mercredi-parce-que-c'est-le-jour-des-enfants, on ne te garantie plus que 3450€ brut par mois. Soit environ l'équivalent de 9 consultations par jour.

 

Voilà voilà. Tu t'installes dans un "désert" médical, tu bosses 4 jours plein par semaine, et on te garantie 9 consultations par jour. Youhou faites péter le champagne.

 

Relevons la seule chose intéressante de ce contrat, la seule dont on devrait entendre parler, la seule ébauche de vraie piste... une protection maladie et maternité renforcée. Là OK. Là je veux bien admettre que ça peut être un frein à l'installation. Une jeune femme en âge de procréer, et qui a envie de le faire, sait bien que les indemnités auxquelles elle a droit en congé maternité serviront en gros à couvrir les charges de cabinet, et c'est tout.

Donc le contrat offre un complément de congé maternité et une couverture maladie dès le 8ème jour. C'est pas la panacé mais c'est déjà mieux que les 90 jours de carence auxquels sont soumis les médecins.

Quand je dis que c'est pas la panacé, c'est VRAIMENT pas la panacé. Si on reprend notre médecin qui bosse 4 jours plein par semaine, en arrêt il a... 776,25 € brut/mois. On va pas bien loin. Mais bon, j'admets que sur ce coup là y'a un effort.

 

 

Mais sur le reste franchement... ça serait pas UN PEU du foutage de gueule ?


Pensent-ils vraiment que ça va inciter beaucoup de gens à s'installer ? Tout le monde a communiqué sur la signature du 1er contrat, en Seine Saint Denis. Bon, mais la nénette, elle avait de toutes façons prévue de s'installer là depuis un moment. Ça l'a incité à rien du tout en fait.

 

Les seules personnes que ça pourrait intéresser et inciter, ça serait par exemple... une jeune femme, en âge et ayant envie de procréer, qui chercherait un planning stable mais pas trop chargé. Par exemple 1 jour par semaine.

Installée en collaboration, en travaillant une journée par semaine, elle fait sans trop forcer les 83 consultations minimum par mois demandées. 20 consultations par jour, c'est même un rythme presque idéal.

Et voilà, en travaillant 1 jour par semaine, elle touche quand même 3450€ brut par mois (oui brut quand même), et peut s'arrêter pour son congé maternité sans trop de problème.

 

Une bonne petite planque quoi.

 

OH WAIT.

 

Justement, ayant vent de mes envies de grandir et de me stabiliser professionnellement... voilà qu'on me fait cette proposition. Tu comprends, l'ARS a X contrats à signer, et c'est important qu'ils soient tous signés. (ben ouais, si on signe pas leurs contrats, on pourrait croire que c'est tout pourri et que ça sert à rien, imagine)

Pis si c'est pas dans une zone blanche c'est pas très grave, c'est l'ARS qui décide les zones déficitaires, ils mettront toute la région en zone blanche s'il faut.

Pis pour toi c'est idéal, comme ça si tu veux pas trop bosser...

 

C'est sûr que vendu comme ça... mais je suis pas franchement sûre que ça soit ça qui va encourager de vraies installations durables et enfin nous priver de désert...


Egoïstement, je pourrais dire oui.

 

Mais signer ça, le cautionner, et faire croire dans leurs statistiques que c'est un succès-la-preuve-regardez-tous-les-contrats-ont-été-signés, ça me gêne aux entournures quand même.