Préviously, on rétro

 

Lorsqu'on arrive en médecine, lorsqu'on y arrive vraiment, après le concours, on a immanquablement un pote (ou deux, ou tous) qui s'enquiert d'un air de fascination horrifiée "alors c'est vrai ??? Vous découpez des cadavres ???!!!"

rembrandt_anatomie

Mettons tout de suite les choses au point sur ce mythe :

 

 

Oui, c'est vrai. On découpe des cadavres.

 

Héritage probable d'une tradition où c'était le seul moyen d'apprendre l'anatomie humaine, les travaux pratiques de dissection humaine existe toujours dans la plupart des facs. En tous cas dans la mienne.

Anatomical_theatre_Leiden

 

La première fois... j'avoue que j'y suis allée pleine d'une curiosité morbide, tel le sus-cité pote avide de détails croustillo-sanguinolants. C'était aussi, il faut le dire, les seules fois où nous faisions du concret dans cette année une fois de plus remplie de cours théoriques.

Pour trouver la salle, il suffisait de se laisser guider par l'odeur. Une odeur de mort et de formol, et pour cause. Le sous-sol de l'aile nord de la faculté en est imprégné. Dans les salles sont visées de volumineuses tables de dissection. Elles servent parfois pour d'autres cours et sont nettoyées après chaque exercice de dissection, mais il arrivait quand même régulièrement qu'on y retrouve un bout de tendon ou un amas graisseux oublié dans un coin.

Alors que nous étions déjà sensiblement impressionnés, entre en scène un personnage clé, que nous appelerons le boucher. C'est qu'on ne connaît pas son nom déjà, et ensuite son boulot, ça y ressemble un peu. A savoir stocker des corps, les conserver, et les découper.

Oui parce que techniquement, on découpe plutôt des bouts de cadavres. C'est la pénurie ma pauv' Simone que voulez-vous, le macchabé se fait rare. Dans les faits, un groupe s'occupera du genou pendant que la table d'à côté s'affairera sur le pied. Et faut faire les choses proprement, parce que la semaine d'après, on échange, et celle d'après... ben on fait avec ce qui reste. Difficile de faire un TP correct avec un pied qui marine depuis 3 semaine dans le formol et qui a déjà été découpé dessus, dessous et derrière.

Très vite, les visages curieux et fascinés deviennent donc blasés, et grimaçants aussi. Parce que ça pue. On s'en doutait, c'est confirmé : le bout de cadavre mariné, ça pue. Après quelques années de recul, difficile de trouver un gros intéret de formation à ces dissections, les chairs durcies et décolorées ne ressemblant en rien aux tissus souples, roses, rouges - bref vivants - sur lesquels nous allions officier. Faire une suture sur un bout de carne ou sur le visage d'un enfant, ça n'a tout de même rien à voir.

 

Notre respectable professeur, lui, semblait peu s'en soucier. Il virvoletait au milieu de ses morts, insensible à l'odeur, fourrageant son stylo au fin fond d'un creux poplité, faisant voltiger la graisse, riant de notre dégoût ou de nos hésitations.

 

Je peux sans trop fanfaronner dire que j'aime beaucoup les gestes techniques. Faire travailler mes mains plus que mon cerveau, recoudre des plaies, ponctionner du sang, évacuer du pus, je kiffe.

Mais lorsqu'il a fallu travailler sur la tête, j'avoue que même moi je n'étais pas à l'aise. Difficile de faire abstraction de la brave personne ayant donné son corps à la SIANSSE tout puissante quand sa tête décharnée, décolorée et posée sur la table vous regarde de ses yeux vides. J'étais d'autant plus embarrassée que nous devions étudier l'os sphénoïde (bordayl encore lui) qui - pour information si vous avez la flemme de chercher - se trouve à l'INTERIEUR de la tête, genre environ derrière les yeux.
 Je cherchais désespéremment une porte d'entrée, on sait jamais qu'on nous ait toujours menti et qu'en fait il suffise d'appuyer sur un bouton pour ouvrir la boîte cranienne, quand notre éminent maître arriva vers nous et s'enquit de notre absence manifeste de progression.

"Ben alors...? Faites un volet ! (ma foi à défaut de porte, un volet... heu...)

- un volet ?

- ben oui !" Il attrapa sans ménagement la tête à deux mains, et nous la lançant dessus, il s'exclama en riant

 

"BEN ALLEZ QUOI ! ON FAIT UN VOLLEY !"

 

 

Ma voisine est tombée dans les pommes, moi dans l'abîme profond du désespoir.