Vous vous en souvenez (puisque vous connaissez ce blog par coeur), je vous avais exposé il y a quelques mois le PTMG pour les nuls.

Je concluais que c'était quand même un peu du foutage de gueule.

 

Alors me direz-vous, pourquoi est-ce que j'ai (quand même) signé un contrat PTMG ? (et que j'en suis bien contente)

Découvrez enfin les vraies vérités qui ne mentent pas sur la réaité de ce qu'on ne vous dit pas. Au moins.

 

 

1) Parce qu'on me l'a proposé. Ce billet pourrait s'arrêter là mais ça ne serait pas drôle.

On me l'a proposé parce que Marisol a prévu 200 contrats, et qu'il fallait qu'elle présente des bons résultats pour dire que sa stratégie de santé est formidable, donc qu'ils soient tous signés. Au final, que je m'installe dans une zone sous-médicalisée ou non, finalement c'était accessoire. L'exercice regroupé était même dans les critères prioritaires pour obtenir un contrat. (et tout le monde sait bien que c'est trop facile de se regrouper dans un endroit où il n'y a déjà plus de médecins)

Ce que vous lisez/entendez dans les médias : ça incite des jeunes médecins à aller s'installer dans des déserts médicaux.

Pour de vrai : on a contacté toutes les personnes qui avaient prévu de s'installer dans la région, désert médical ou non, pour pouvoir signer tous les contrats avant la fin de l'année.

 

2) Parce que je travaille à mi-temps (enfin ce qu'on peut environ appeler un mi-temps de médecin, c'est à dire environ 35h/semaine)

Ce qu'on vous dit : un salaire de 6900€ garanti pendant 2 ans. (un salaire, c'est net, et c'est pas pour les libéraux, mais c'est pas grave...)

Pour de vrai : un chiffre d'affaire brut de 6900€ par mois si on travaille au moins 9 demi-journées par semaine, pour un an, éventuellement reconductible une fois (selon quels critères ? mystère)

C'est à dire le plus souvent : 3450€ brut garanti par mois pendant 1 an pour un médecin "à temps partiel" (40h par semaine à raison de 10h par jour 4 jours sur 7 par exemple)

 

3) Parce que j'ai une protection sociale "améliorée". Alors c'est pas trop d'engagement de dire ça, puisque mieux que ZERO c'est pas trop dur à faire.

Ce qu'on vous dit : une protection sociale améliorée.

Pour de vrai : à "temps partiel", en cas d'arrêt maladie 776,25 € brut par mois avec un délai de carence de 7 jours ; sous réserve d'avoir déjà travaillé 3 mois en tant que PTMG. (donc c'est amélioré, mais c'est pas Byzance non plus hein)

 

4) Parce que je suis une femme

On pourrait tourner autour du pot du politiquement correct de la féminisation de la profession qui ne change rien, mais la vraie vérité c'est qu'une femme a plus de chance d'être en congé maternité qu'un homme. Et bien que je ne sache absolument pas si j'aurais l'occasion de "profiter" d'un congé maternité durant mon contrat, l'idée que je puisse toucher quelque chose en plus si ça m'arrive est intéressante.

Ce qu'on vous dit : une protection sociale améliorée.

Pour de vrai : à "temps partiel", un congé maternité de 1 552,50 € brut par mois sans délai de carence, sous réserve d'avoir déjà travaillé 3 mois en tant que PTMG. A ajouter aux indemnités déjà perçue avec la CARMF. Donc un vrai plus.

 

5) Parce que j'ai des congés payés

Enfin c'est pas tout à fait aussi simple que ça, mais le concept est assez nouveau pour les libéraux.

Ce qu'on vous dit : ben... rien, dans les médias, on n'en a pas trop parlé. Bizarrement.

Pour de vrai : "Lorsque le praticien territorial de médecine générale se fait remplacer, il n'est pas tenu compte, pour le calcul du complément de rémunération, des honoraires résultant de l'activité de son remplaçant."

Et c'est là que c'est intéressant. C'est à dire que si on ne tient pas compte du travail d'un remplaçant pour le calcul de minimum d'actes par mois à réaliser, on ne tient pas compte non plus de ce qu'il va gagner pour "compléter" la rémunération du mois en question. Si je m'arrête 3 semaines en août, et sous réserve d'avoir effectué mes 83 actes la semaine où je travaille, je toucherais quand même un complément de rémunération (pouvant aller jusqu'à 1500 € brut environ)

 

6) Parce que je fais des gardes

Je participe à la permanence des soins, c'était déjà acté avant la signature du contrat, et c'est même un des seuls engagements que demande l'ARS.

Ce qu'on vous dit : un salaire de 6900€ garanti.

Pour de vrai : "Les actes réalisés, les honoraires et rémunérations forfaitaires au titre de la permanence des soins organisée ne sont pas pris en compte pour vérifier le respect du seuil minimum d'actes, ni inclus dans les revenus servant au calcul de la rémunération complémentaire"

En gros : tout ce que je touche au titre de la permanence des soins (astreinte, honoraires) c'est du bonus, et ça ne fait pas parti du minimum garanti. Comme actuellement sur le secteur on tourne à 6 médecins, autant dire que le bonus peut être intéressant. Je peux si je le souhaite prendre plus de gardes, sans que ça remette en cause un complément de rémunération potentiel.

 

7) Parce qu'on ne me demande rien (ou presque)

 Ce qu'on vous dit : engagement à s'installer dans une zone déficitaire et à participer à la permanence des soins et au projet de santé du territoire (et autres blabla)

Pour de vrai : ben on m'a rien demandé.

- mon projet d'installation était déjà ficelé quand ce contrat est arrivé sur le tapis.

- il était déjà prévu que je m'installer en exercice regroupé, dans une maison de santé ayant des projets de soins pour le territoire blabla

- il était déjà prévu que je participe à la permanence de soins du secteur.

Et c'est tout. Je dois fournir une déclaration d'activité faisant mention du nombre d'actes réalisés et du montant des honoraires correspondant. Aucun autre justificatif n'est demandé. Je ne doute pas que si la demande était faite je devrais prouver mes déclarations, mais pour l'instant on ne m'a rien demandé, et je doute qu'on le fasse. Jusqu'à présent je suis honnête dans mes déclarations...

 

8) Parce que ça sécurise surtout les 1ers mois d'installation.

Ce qu'on vous dit : un salaire de 6900€ garanti pendant 2 ans.

Pour de vrai : le revenu est garanti par mois les 6 premiers mois. A partir de 6 mois, les revenus sont calculés trimestriellement.

Pour ma part actuellement, on me garanti 10350 € de chiffre d'affaire par trimestre, et non 3450€ par mois. La différence est tenue, mais elle existe. Si j'ai un mois tout pourri, mais que le suivant est surchargé, je ne toucherais rien. Je prends 3 semaines de vacances en août, mais si je croule sous les certifàlacon en septembre et octobre, je ne toucherais pas forcément quelque chose. Sur le principe ça ne me choque pas, mais encore faut-il être au courant.

 

Et pour de vrai vraiment, le 1er mois, le plus dur et incertain financièrement, je l'ai eu dans l'os. Les contacts téléphoniques ont été pris bien avant mon installation effective. Mon interlocuteur m'a affirmé à plusieurs reprises que serait bien prise en compte la date effective de mon début d'activité.
 Ils ont mis un moment avant de m'envoyer les contrats. Que j'ai relus et qui étaient plein d'erreurs. Que j'ai donc retournés, puis attendu les nouveaux, puis signé les nouveaux, que j'ai retournés et qui ont été signés par l'ARS 3 semaines après mon installation.

Et j'ai reçu un coup de fil qui disait grosso merdo "allo oui je m'étais trompé en fait c'est la date de signature du contrat qui compte pas la date d'installation huhuhu que c'est drôle, allez bisous"

Traduction : les 700€ à 800€ sur lesquels je comptais en théorie je pouvais m'asseoir dessus. Sans rancune, bisous.

 

EN CONCLUSION

 

C'est un contrat assez flou, avec une notion de temps partiel absolument pas adaptable ni adaptée à notre mode de travail. Personnellement mes "matinées" finissent en général vers 16h30, et comment compter si l'on travaille un samedi sur deux etc.

Je ne vais pas cracher dans la soupe (bien que le 1er mois où je ne touche rien uniquement à cause d'erreurs de leur part me reste un peu en travers), je suis contente d'avoir pu en bénéficier. Les premiers mois, il m'a permis de regarder sereine le planning vide sans (trop) angoisser ni chercher à faire du clientèlisme et piquer les patients des collègues. C'est là à mon avis son principal atout.

Je l'ai signé en me disant que j'avais rien à perdre, et peut être un petit peu à gagner. Et effectivement j'ai pour l'instant touché des compléments de rémunération à 2 reprises.

Mais que les choses soient claires : j'ai touché quelque chose JUSTEMENT parce que je ne suis pas installée toute seule dans une zone en pénurie de médecins. Si ça avait été le cas, je n'aurais probablement eu aucun mal à remplir mon planning.

La possibilité de toucher un complément de congé maternité, si j'en ai l'occasion, sera le 2nd bon point.

 

Cependant je persiste dans mon opinion : raconter à grand coup de com' que grâce à 200 contrats signés on incitera les médecins à s'installer dans les déserts, c'est de la foutaise et de la démagogie. Ces contrats sécurisent l'installation, offrent une protection sociale renforcée et devraient peut être même être proposés à tous, mais ils n'incitent à rien du tout, qu'on se le dise. Parce que le problème de l'installation dans un "désert médical" ça n'est pas l'argent. Ces contrats ont tous été signés par des personnes qui avaient déjà le projet de s'installer, pour que Marisol puisse dire qu'elle fait quelque chose et que ça marche.

Mais c'est faux.

 

 

 

(on pourrait enchaîner sur un débat sur le côté VRAIMENT libéral de notre profession, ça serait d'actualité... après le blocage des honoraires, les discussions récurrentes sur la liberté d'installation, le tiers payant généralisé qui entrainerait un paiement par les caisses et non plus par le patient, une obligation de permanence des soins... bref, après tout ça, que reste-t-il encore de libéral ? Ce contrat avec un revenu garanti (payé par la sécu) et une protection sociale ne nous fait-il pas glisser encore plus en dehors du libéral ?

Je n'ai pas la prétention d'avoir des réponses et encore moins d'en faire un billet et de mener un débat constructif, mais cela laisse vraiment à réfléchir...)