Première rencontre avec le médecin du dispensaire. Il va quitter le centre hospitalier car il n'est pas d'accord avec le système qui fait qu'une personne qui n'a plus l'argent nécessaire est obligée d'arrêter son traitement. Il veut instaurer un système de forfait je crois.
 

- - -

 

Ce matin j'étais à l'hôpital pour suivre la visite du Dr Y. en pédiatrie.

Bien sûr, les chambres individuelles n'existent pas. De 4 à 10 paillasses dans chaque pièce. Qui dit hospitalisation des enfants, dit également hébergement des mamans, qui ont parfois d'autres enfants. Nous disons donc 4 paillasses, 2 étagères, 1 ventilateur, 4 mamans, 6 enfants dont 4 malades, et les tapis sur lesquels dorment les mamans. Et les visiteurs.

Scènes de vie, tranches de misère.

- Cette femme est séropositive, elle a choisi l'allaitement artificiel pour ne pas contaminer son bébé, mais son bébé ne grandit pas depuis 5 mois, elle n'a pas assez d'argent pour lui acheter à manger, parce que son mari est mort, et la belle-famille lui a tout pris.

- Cette femme a 19 ans. Elle n'a pas eu le droit de sortir pendant sa jeunesse par peur du SIDA. Puis elle a été donnée à un homme qui avait déjà une femme. Il est séropositif. Maintenant elle est séropositive et son bébé aussi.

- Cet enfant est déshydraté. On a dit à sa mère de lui donner à boire, elle ne l'a pas fait. Elle veut des solutés pour son enfant mais elle n'a pas l'argent pour payer. Pour les gens l'eau n'est pas un médicament.

- Cette femme a la jambe toute gonflée, elle a une nécrose osseuse. Cela fait des mois. Si elle était venue plus tôt, ça aurait été moins grave, ça aurait couté moins cher et elle était sûre de guérir. Mais les gens ne veulent pas aller à l'hôpital parce qu'il faut payer. Du coup maintenant il faut qu'elle se fasse opérer, ça va lui coûter encore plus cher et elle n'est pas sûre de guérir.

- Nous retrouvons sa gamine un peu plus loin, squelettique, sous oxygène.

Y. s'énerve. Qui sont ces maris ? A quoi servent-ils pour laisser leurs femmes et leurs enfants finir dans cet état ?

- Cet enfant a 1 an. A vue d'oeil il pèse 4kg. Un squelette minuscule, une petit tas d'os, recouvert d'une peau trop grande, le tout attaché à une grosse tête bandée, avec de grands yeux qui n'ont plus la force d'être expressifs.

 

Là, si j'avais pu, j'aurais inséré une photo d'un gamin squelettique avec un Kwashiorkor et des mouches dans les yeux. L'image qu'on voit un peu partout et qui vend bien l'humanitaire.

J'ai l'impression qu'en voulant décrire ce que j'ai vraiment ressenti, je suis tombée à fond dans le cliché. Mais ce voyage était une plongée dans les clichés. C'était tout ça. C'était des gamins cachectiques portées par des femmes en boubou colorés. C'était la misère et la famine. C'était l'une des régions les plus pauvres et les plus désertiques du pays. C'était comme à la télé. C'est peut être ça qui m'a le plus surpris. Je voulais voir comment c'était en vrai, ben en vrai, c'est vraiment ça.

 

La plupart des gamins sont là pour dénutrition, ou parce qu'ils n'ont pas l'argent pour acheter les médicaments. Parfois Y., énervé d'être si impuissant, paye lui-même les médicaments ou les tri-thérapies. Parfois aussi, quelque occidental de passage compatit et paye pour le traitement de quelqu'un.

J'admire le Dr Y. Après avoir fait toutes ses études en France, il aurait pu y rester et avoir un bon salaire. Mais ici c'est son pays et il est plus utile ici. Et c'est incroyable de voir avec quelle impuissance et avec quelle rage il se bat encore et toujours, tous les jours, depuis des années. On pourrait penser qu'au bout d'un moment on se blase, on baisse les bras. Pas lui. Il dit que pour être médecin ici, il faut vraiment avoir la vocation et être fort.

Avant, avec l'aide de différentes assos, il arrivait à tenir un stock de médicaments qu'il revendait au prix d'achat.Avec l'argent, il rachetait d'autres médicaments. C'était un service social, ça revenait moins cher aux gens. Mais on leur a dit que c'était illégal, on pensait qu'ils se faisaient du bénéfice dessus. Depuis Y. est obligé de donner les médicaments, et ne peut maintenir son stock que grâce aux dons, dont les nôtres. C'est pourquoi pour son dispensaire il veut instaurer un forfait hébergement + Nourriture + médicaments que les patients payeront à leur arrivée.

 

Le dispensaire sur lequel nous travaillions à l'époque, à lessiver puis vernir les murs, a effectivement ouvert ses portes dans les mois qui ont suivi, prenant en charge les enfants souffrant de malnutrition, avec des consultations à prix réduits, et un forfait hospitalier unique quelque soit les traitements ou examens faits. Il fonctionne toujours avec l'aide de nombreuses associations françaises entre autre. Nous n'avons qu'apporté une petite pierre à l'édifice. Mais une pierre quand même.

 

Je les admire de continuer à se battre alors que tout se ferme toujours devant eux, que les obstacles se dressent les uns après les autres.

Si tous les médecins pouvaient garder la même mentalité : ça ne sert à rien d'être payé si on n'arrive pas à sauver des vies, si les gens meurent. Les gens qui l'acceptent n'ont pas de consience. C'est une mentalité que l'on a presque tous étudiants mais que beaucoup perdent...

 

STOOOOOP

 

HEU...

 

Alors ouais, j'ai écrit ça. Je me suis un peu étranglée avec ma salive en me relisant quand même. Mais ça m'a permis de réfléchir à ma vision de mon métier, et son évolution.

C'est mignon de me lire, et cette mentalité, je ne dirais pas que je l'ai perdue. Mais... mais celle qui a écrit ça ne connaissait ni la vie ni le métier, encore.

C'est mignon, mais ce n'est pas vraiment réaliste. Si je ne devais être payée que quand je sauve des vies, autant dire qu'avec ma spécialisation en rhumes et bouchons d'oreille, je serais rapidement à la rue. [Aparté avant qu'on ne me fasse la remarque : évidement que j'ai un peu plus de considération pour ma spécialité que ça hein] Oh j'ai ptet déjà sauvé une vie. J'espère. Je sais pas en fait. J'ai aidé des gens en tous cas.

J'ai pris en charge des gens mourant, aussi. Et je n'ai pas cherché à les sauver, juste à les accompagner vers la mort, pare que c'est ça aussi mon boulot. Alors si "ça ne sert à rien d'être payé si les gens meurent"... bon.

Je n'ai jamais refusé de soigner quelqu'un qui ne pouvait pas payer, mais je considère aussi que j'ai le droit d'être payée pour mon boulot. Là je pourrais partir sur des discussions beaucoup plus longues sur le rapport des médecins à l'argent, le rapport des médecins aux patients sur l'argent et inversement, le rapport de la société à l'argent supposé gagné des médecins-ces-nantis. Bon je pourrais m'auto troller sur rue89 en disant que quand même nous en France on n'a pas la vocation et on fait ça pour le fric alors que lui... Je pourrais.

C'est faux bien sûr, mais il n'empêche que niveau sacerdoce, lui il se pose là. Et je ne suis effectivement pas sûre qu'en vieillissant, et en travaillant dans les mêmes conditions que lui j'aurais gardé cette volonté. Je l'espère et je me plais à le croire (comme je me plais à croire que je suis l'alter ego de Lara Croft) mais au fond, je n'en sais vraiment rien.